Vous souhaitez participer aux activités de l'association ?
Poser une question ?
Contribuer sur le site ?

Contactez-nous !

Nous vous recommandons quelques sites voisins.

Visitez-les !

Nouveauté sur le site :

Galerie de photos

Journal de bord

Cette chronique témoigne des activités passées de notre association entre 2007 et l'été 2018.

 

La fête patronale du 4 septembre

Le cortègeMerci aux Carmagnols qui ont participé en grand nombre et qui ont permis ainsi de renouer avec la tradition.

Belle affluence à la messe qui s'est terminée par le chant traditionnel à saint Roch, la bénédiction et le partage du pain, organisé par la paroisse.

Emotion l'après midi,en l'église saint Etienne où, après une évocation de Saint Etienne et de saint Roch par Marie Caillens, la cobla "la Principal del Rossello" faisait retentir sous les voûtes les notes magnifiques de la Santa Espina qui ont fait vibrer les spectateurs.

La séquence souvenirsEmotion encore, lorsque le "cortège" précédé du drapeau de la Société de secours mutuel, porté par Philippe Foussat, remplissait la place du château et s'étirait dans toute la rue de l'église, musique en tête suivie immédiatement par les anciens sociétaires, ainsi mis à l'honneur.

Emotion sur la place de la mairie lorsqu'à la suite du discours du président du Pari du lac qui rappelait l'historique de "la Fraternelle" et les fêtes d'autrefois, l'hymne occitan "Se canto" résonnait et que Francis Caillens, dernier président de le Société de secours mutuel prenait spontanément la parole pour dire combien il était heureux et touché par cette fête et combien il espérait que tout le monde partage son sentiment.

Emotion enfin au moment de la présentation du diaporama réalisé par l'équipe du Pari du lac: défilés des années passées, scènes de bal, de retrouvailles entre amis, de rires devant et dans le "café carton".

Par cette commémoration, ce plaisir et ces émotions partagées, le Pari du lac a fait définitivement rentrer la date du 4 septembre dans l'histoire de Caramany.

programme de la fête

Pour le Pari du lac, l'événement 2010 restera sans conteste la fête du 4 septembre.

Une fête que l'on peut résumer en trois mots: partage, souvenirs, émotion et dont la réussite a montré encore une fois l'attachement du village à son saint patron et aux valeurs transmises par la Société de secours mutuel "La Fraternelle".

Un reportage photo, réalisé par Pierre et Carine Gély-Fort, est accessible ici: 4 Septembre 2010 Caramany

La source des verriers

Promenade à Boucheville, vue sur BugarachLa commission "randonnée", n'avait pas prévu des journées aussi chaudes que celles qui auront marqué cette deuxième moitié du mois d'août 2010, mais elle a eu bien raison de nous offrir la fraîcheur de la forêt de Boucheville.

Le départ de la boucle se fait dans l'accueillant petit village de Vira.
Dès la sortie de la rue de l'oratory, on pénètre dans les sous-bois pour trouver ensuite une assez longue, mais facile montée qui offre des magnifiques points de vue sur le pic de Bugarach, les Corbières, le masque de César à l'Est et le village de Fenouillet que l'on surplombe nettement.

La descente vers la source des verriers est particulièrement agréable.
Après quelques instants de repos dans ce cadre très fréquenté par les amateurs de pique-nique, on rejoint ensuite le plan d'eau de Vira par la route et de là le village et sa "claire fontaine" par un ancien sentier.

4 heures de marche soutenue ( 4h45 sur le topo guide Agly-Verdouble circuit n°25). Un parcours agréable, l'été en matinée.

Visit, please.

le village vu du moulin à ventSi l'on avait dit qu'un jour la visite de Caramany se ferait dans la langue de Shakespeare, qui l'aurait cru?

Et pourtant, c'est ce qui s'est produit ce mois-ci grâce à la présence d'un couple britannique et d'un couple hollandais, propriétaires d'une résidence de vacances dans notre village.

Le guide n'étant pas anglophone (No, sir!) c'est Marie, secrétaire et désormais interprète du Pari du lac, qui a assuré une traduction simultanée, en s'aidant aussi du langage des mains.

Décidément, Caramany s'ouvre à l'International !

Record battu !

Un groupe imposant pour le départ place de la mairieSi le temps a été clément et l'itinéraire agréable, c'est surtout à cause de son record d'affluence que cette 2ème balade nocturne restera dans les annales.

44 participants, du jamais vu en 4 ans d'activité, se sont élancés sur les chemins de la Sale et de la Teulière pour aller admirer du haut de Montredon, Caramany et son lac: une image magnifique dans le calme de la nuit, seulement troublé par le chant des grillons et le passage d'une chouette dérangée par notre présence.

Le retour par les Fontetes et le chemin d'Ille ressemblait selon Jean et Philippe à une retraite aux flambeaux. C'est à regret que le groupe se dislosquait sur la place, non sans avoir demandé une nouvelle programmation l'année prochaine.

Photo: Gérard Bergès

1ère balade nocturne

orageLe groupe randonnée était au rendez vous pour cette première. En effet, pour permettre à ses adeptes de marcher dans la fraîcheur du soir, le conseil d’administration a programmé cette année, des balades familiales autour du village avec départ à 21 h.

La fraîcheur était bien là, grâce aux quelques gouttes de l’après midi et à un ciel plutôt couvert. Les gilets étaient même de sortie. La descente par la célèbre Dabayada, le passage à la cave coopérative, la montée par la Route n’ont pas posé de problème. Maître Renard à même croisé notre chemin, très surpris de rencontrer, à la tombée de la nuit, des Carmagnols bruyants sur ses terres.
C’est sur le chemin de la Dout que des invités moins agréables ont fait leur apparition : quelques gouttes d’abord, trois ou quatre éclairs ensuite et une bonne pluie. Le rythme s’est alors accéléré et Anne-Marie a soutenu la cadence en poussant la chansonnette.

L’arrivée s’est faite par une rue de la Poste plongée dans le noir à cause d'un impact de foudre, sous le concert des batraciens du bord du lac qui s’en donnaient à cœur joie. Comme on les comprend ! Une balade nocturne, certes, mais bien arrosée qui s’est terminée en éclats de rire.

L'arbre du fond des âges

Le fajas d'en bailletteSous la conduite de Marie-Christine Sales, notre petit groupe de randonneurs s'est aventuré dans la forêt domaniale du Vivier, à recherche du fameux Fajas d'en Baillette, cet arbre majestueux vieux de cinq cents ans.

Ce hêtre remarquable, d'une circonférence de 5 mètres et d'une hauteur de plus de 30 mètres, a formé autour de lui une vaste clairière, comme si les végétaux alentours s'étaient donné le mot pour le tenir en respect.

C'est sous son ombre que nous avons goûté l'instant de pause en savourant toute la féerie du lieu.