Vous souhaitez participer aux activités de l'association ?
Poser une question ?
Contribuer sur le site ?

Contactez-nous !

Nous vous recommandons quelques sites voisins.

Visitez-les !

Nouveauté sur le site :

Galerie de photos

Journal de bord

Cette chronique témoigne des activités passées de notre association entre 2007 et l'été 2018.

 

De Cucugnan à Quéribus

Une fois n'est pas coutume, la randonnée de ce dimanche d'automne nous a emmenés en Pays cathare, terme touristique en vogue pour désigner les terres audoises, mais qui en l'occurence, trouvait sa justification puisque le point culminant du circuit était le château de Quéribus.

Le départ se fait du village de Cucugnan rendu célèbre par son curé dont l'histoire, que l'on doit à Alphonse Daudet, est mise en scène au théâtre Achille Mir. De la petite place devant le théâtre, on descend rapidement jusqu'à la route D 14 pour foncer droit sur le massif montagneux dominé par Quéribus, dernier refuge des cathares persécutés par l'Inquisition, mais aussi dernier bastion tenu par la noblesse du Fenouillèdes, qui finit par être remis au Roi de France en 1255.

La montée est facile jusqu'au col de la Sagette où l'on rejoint le sentier cathare qui monte de Padern. Du col au parking du château , c'est une vraie promenade de santé; la piste est large, à l'abri du vent, le dénivelé pratiquement nul et les odeurs de la garrigue nous accompagnent. La descente sur Cucugnan, par contre comprend quelques passages un peu techniques qui mettent les jambes à l'épreuve, mais elle offre tout au long des vues magnifiques sur le village et sa vallée; au Nord la citadelle de Peyrepertuse s'étire au soleil en haut de sa falaise.

Une balade de 3 heures, bien équilibrée entre les durées de montée et de descente dans un site splendide; à retenir pour ceux qui n'ont pas pu y participer.

Sur le chemin de Véronique

Véronique était, selon la légende, une jeune fille qui attirait ses amoureux sur le sentier que les marcheurs du Pari du lac avaient inscrit dans leur programme en ce 4 septembre, fête patronale de Caramany.

La pluie a bien failli faire annuler la balade mais le petit groupe qui a décidé de partir sous un ciel bien gris a eu raison car du côté de Montner, les éclaircies et même le soleil ont été au rendez vous. Le circuit quitte le village par la rue de Força Réal et prend effectivement le chemin de la sentinelle du Ribéral, à travers les vignes. Mais il redescend brusquement à mi-pente et permet de découvrir d'anciens mas, (voir le schéma ci contre) témoins de l'activité d'élevage d'autrefois.

Un circuit facile et agréable que vous pouvez trouver dans le topo guide du pays d'accueil Agly-Verdouble n°7

Illustration tirée du topo guide "34 randonnées en Agly-Verdouble".

Boucheville... le retour

Pour la deuxième année, Vira a accueilli notre escapade du mois d'août. Mais c'est le balisage du sentier "Aux portes de Boucheville" qui a guidé nos pas. Cette balade tombait dans une semaine particulièrement chaude, mais l'air frais de la forêt de Boucheville et les sous bois qu'empruntait le parcours l'ont rendue tout à fait agréable.

Le chemin commence par un bon kilomètre de montée assez ardue mais pour trouver en haut une vue magnifique sur les Corbières, qui ont été prétexte à une petite évocation de l'histoire du Fenouillèdes, et sur la plaine du Roussillon et la mer... que nous avons oublié de regarder. La descente se fait à l'ombre des grands arbres, et après une petite halte à l'aire de pique-nique bassin d'irrigation, c'est l'eau de la "claire fontaine" à l'entrée du village qui indique la fin du circuit.

Cet itinéraire très agréable est tout à fait adapté pour une sortie en été.

Photo: Mathieu Caillens, l'histoire du Fenouillèdes racontée au milieu d'un champ de carottes sauvages

Une rencontre nocturne surprenante

Rencontre nocturneContrairement au mois de juillet, c'est par un temps splendide que les 31 participants se sont élancés sur le circuit de cette 4ème balade nocturne. Direction l'ancienne D21 et grimpette par le chemin de Soulas qui rejoint à son sommet l'itinéraire des balcons du barrage. Dans la montée (qui nous a fait transpirer), nous avons eu la surprise de découvrir que la piste était barrée à deux mètres de hauteur environ, par une immense toile d'araignée.

Epeire nocturne

La propriétaire, une épeire de dimension assez surprenante, se balançait d'ailleurs bien au milieu et est restée impassible sous les lueurs des lampes électriques.

Un peu plus loin, notre source, la Dout, accordait, comme à chaque passage, une halte rafraîchissante bien appréciée. Le chemin du retour amenait, sous un ciel étoilé, tous les marcheurs jusqu'à la salle des associations pour partager gâteaux et boissons offerts par le Pari du lac.

Photo 1: Etienne Daudigny, une montée courageuse en groupe

Photo 2: Philippe Garcelon, une épeire diadème (prise avec un appareil de fortune)

Première balade contée

Pari gagné et belle réussite pour cette première balade contée. Cédric Debarbieux*, lui même a été surpris par le nombre de participants. Ce jour là, au village, le temps s'est arrêté. Le clocher a suspendu ses heures, le soleil s'est posé en observateur et les murs ont ouvert grand leurs oreilles. Seul le vent sourd n'a pu retenir son souffle. Qu'à cela ne tienne, la balade contée commençait.

Cédric Debarbieux a planté le décor de son univers féerique à Caramany. Itinéraire au travers des ruelles et périple dans les folklores soufi, médiéval, cathare ou finlandais. De la place du village au caveau du presbytère, nous en avons vu des elfes et des dragons, sous le regard amusé des espanta bruixes**!

Quatre frères, une sage princesse, un coffre mystérieux, deux princes et un pou ! Sans oublier ce vieux Père François qui, parti au marché avec sa vache et arrivé avec... un sac de crottin, a servi de fil rouge pour maintenir le public en haleine tout au long du parcours et dans les cinq lieux servant de décor aux différents contes:

  •  Place de la mairie
  •  Point de vue du chemin de la Sale
  •  Grands escaliers du Rec
  •  Cour d'honneur du château (ci-dessus)
  •  Jardin du Caveau du presbytère (ci-dessous)

Partout, la magie du conte a opéré. Certains ont frémi face au lac et au roc de Lansac en écoutant la terrible sentence des Inquisiteurs contre les sympathisants de la pensée cathare. D'autres ont apporté leur soutien aux quatre frères qui avaient quitté leur famille après une ultime réunion sur les grand escaliers du Rec et qui furent, un an après, chargés par le roi de sauver sa fille des griffes du dragon. Les plus curieux auraient bien voulu savoir ce que contenait ce fameux coffre issu de la maison Chauvet qui fut finalement enterré dans le jardin, alors que les plus attentifs avaient compris à l'avance que la biche qui amadouait le fils du seigneur et son ami n'était rien moins que l'ogre mal intentionné.

Mais le clocher a sonné, le soleil a décliné, le conteur a salué.

 

Après les contes, l'accueil au Caveau par la cave coopérative et son président Sébastien Sales a ravi les participants qui ont ainsi pu découvrir la gamme des vins de Caramany en particulier les nouvelles cuvées comme le Huguet de Caraman blanc, le Presbytère prestige rouge ou la petite dernière sélectionnée à l'émission télévisée "un vin presque parfait ",  les Amoureux du sud 2010.

Un belle fin de journée de l'avis de tous et une initiative à retenir.

Le Pari du lac remercie Sébastien Sales et son équipe pour l'accueil reçu au Caveau du presbytère et pour la mise à disposition de ce lieu qui a fortement contribué au succès de cette animation.

* Site qui présente l'univers du conteur Cédric Debarbieux

** lire l'article "Chasse aux sorcières" sur ce site.

Balade nocturne de la Bade au moulin

Pas d'orage cette année, mais (encore) un temps frais et une tramontane forte qui n'ont toutefois pas dissuadé les 28 participants.

Le départ s'est effectué par le chemin d'Ille , ancienne voie de grande communication, en longeant le camping municipal. Passage sous la Bade, d'où un guetteur pouvait avoir une vue à 360° sur toute la seigneurie dans les périodes troublées, puis balade à travers le vignoble en empruntant (à l'envers) des portions du "Balcon du barrage", avant de redescendre par le chemin de la Teulière. Un petit arrêt s'est imposé devant le moulin à vent pour admirer Caramany éclairé, bien campé devant son lac.

A l'arrivée sur la place, le président a invité les marcheurs à prendre un "rafraîchissement" à la salle des associations (les boissons chaudes n'étaient pas prévues, comme certains l'on fait remarquer avec humour) et a présenté le programme de l'été ainsi que le calendrier des randonnées jusqu'en novembre.

Nos félicitations au benjamin Enzo, trois ans et demi, souvent en tête, aux enfants de vacanciers qui ont rempli avec sérieux leur rôle d'éclaireur et à la moins jeune de la soirée, Anne -Marie.

Photo: Pierre Gély-Fort, notre clocher éclairé par la lune.