Vous souhaitez participer aux activités de l'association ?
Poser une question ?
Contribuer sur le site ?

Contactez-nous !

Nous vous recommandons quelques sites voisins.

Visitez-les !

Nouveauté sur le site :

Galerie de photos

Caramany - Karamanh - Caramaing… et les autres

Blason de CaramanyLes documents anciens nous révèlent de nombreuses façons d'écrire le nom de notre village. Quelle que soit la graphie utilisée, il faut toujours avoir à l'esprit que, mis à part la prononciation française actuelle, Caramani, celle qui a été utilisée au cours des siècles a toujours été la même, depuis certainement l'ancienne langue romane puis durant la période catalane et enfin la période occitane: il s'agit de Carmagn.(voir remarque a, ci-dessous)
Et c'est sûrement ce "n" mouillé à la fin qui nous vaut un nombre important d'écritures, au gré de la volonté des différents scribes qui se sont évertués, selon leur époque, à trouver une graphie qui leur convenait. A cela il faut ajouter les fautes de copie, puisque tous les documents étaient faits à la main.
Le nom de Caramany a une origine très ancienne Toutes les sources sont d'accord sur sa signification. Dans sa "Toponomia Rossellonesa" R. Laura-Portet note qu'il provient de l'association d'une base basque; d'autres sources disent prélatine* Kar, la pierre ou le rocher avec l'adjectif d'origine latine magna. Kar + magna donne la pedra gran. Elle précise que cela se faisait beaucoup à l'époque de la romanisation. Effectivement, nous savons, grâce aux fouilles archéologiques qui ont précédé la mise en eau du barrage, que sur la rive gauche de l'Agly s'étaient installées plusieurs villas romaines (exploitations agricoles), aux tout premiers siècles de notre ère. La naissance du nom Caramany pourrait donc bien provenir de cette époque.
R. Laura-Portet ajoute qu'elle retient la graphie Carmany, "car cela correspond à l'exacte prononciation roussillonnaise".
P. Ponsich, lui, indique:
- que l'écriture "Caramany" témoigne d'une catalanisation ancienne;
- que le "n" mouillé qui s'écrit "gn" en français actuel, s'écrit "ny" en catalan
- mais que ce son peut aussi s'écrire de multiples façons: ny, in, yn, y, gn, ng, nn, nh.

Il a relevé les orthographes suivantes:

Détail carte de 16621211
: Karamay
1242 : Karamanho
1242 : Cara.manho
1259 : Caramanio
1281,1304 : Caramyn
1307,1311,1312 : Caramanno (castrum de)
1322 : Carmanno
1325 : Caramans
1356,1451 : Quero magno (ecclesia S. Stephani de)
1395 : Caramany
1492 : Caramay
1662 : Caramany et Caraman (d'aprés une carte de 1662 établie pour l'évêché de Perpignan. voir illustration ci-contre)
1700 : Caramain
1706, 1758 : Caramaing



Quelques remarques:

a) Nous retrouvons dans cette énumération chronologique la superposition des langues, tels des niveaux géologiques. La racine "Car" provient d'une langue qui se rattache à une famille linguistique dont le basque est le dernier témoin et que l'on peut appeler l'ibèrique. Cette famille linguistique a un passé aussi ancien que les populations préhistoriques de l'Europe. La romanisation intervient il y a un peu plus de 2000 ans. Le latin oral qu'apporte les conquérants, parlé par les populations diverses, prononcé avec des accents différents, enrichi d'emprunts aux langues d'origine (Car + magnus en est un bon exemple), se transforme peu à peu. Et au Vème siècle émergent diverses langues appelées romanes, qui cohabiteront quelques siècles encore avec le latin, langue de la vie administrative, ecclésiastique et intellectuelle. Ce n'est qu'au IXème siècle que l'Eglise "officialise" en quelque sorte ces langues en recommandant de prêcher en langue vulgaire; mais il faudra attendre le Xème siècle pour qu'elles commencent à s'écrire. D'une langue relativement unifiée de part et d'autres des Pyrénées, vont apparaître des différenciations qui donneront l'occitan et le catalan. Ce n'est qu'à partir du XIIIème siècle que leurs destins seront nettement séparés. Comment ne pas noter la coïncidence avec l'histoire carmagnole, le XIIIème siècle étant justement celui ou le village, par le traité de Corbeil de 1258, passe de la zone d'influence catalane à la zone linguistique occitane ? Ce sont toutes ces influences auxquelles il faut ajouter, à l'époque contemporaine, le français que nous retrouvons dans les différentes graphies de Caramany.

b) Les écritures se terminant par "o" sont du latin plus ou moins bien écrit.

c) Caramans est assez étrange, le "y" a t'il été pris pour un "s"?

d) Les deux derniers cités sont la preuve de la volonté de franciser le nom, Louis XIV ayant imposé l'usage de la langue française dans les documents administratifs.La" Toponomia occitana" donne pour sa part l'écriture Caramanh ou Carmanh qui sont la traduction en occitan du catalan Caramany et Carmany.Au hasard de nos recherches, nous avons pu vérifier que tous les documents du XVIIIème siècle mentionnent effectivement Caramaing (voir la carte de Cassini ou "Volontaire ou réfractaire" dans la rubrique Histoire).Caramany, qui apparaît dans la liste de Pierre Ponsich au XIV ème siècle , semble revenir définitivement dès le début du XIXèmesiècle. Mais nous avons aussi trouvé d'autres graphies: Tout d'abord Quermany, donné par l'abbé A. Cazes dans son livre "Armorial du roussillon", cela correspond à une transformation du latin Quero magno; quer étant à rapprocher de kar pour la pierre: Quéribus, Quérigut. Et ensuite, Caramang, voir "terre de transhumance" dans la rubrique Histoire, en 1794 et 1819. Est- ce la même erreur de copie dans deux documents bien différents par l'année et dans une période où l'on employait l'orthographe Caramaing, ou bien était-ce une orthographe reconnue? Nous pourrons peut-être le vérifier en compulsant plus de documents de cette époque. Pour terminer citons deux écritures qui semblent être des fautes d'orthographe pour l'une et tout au moins de copie pour l'autre: celle de Caragman dans la lettre du capitaine Tiffou en 1793 et celle de Caraman du membre de la chambre d'agriculture Barthe en 1867 (rubrique Histoire). A-t-il confondu avec Caraman dans la Haute Garonne ou est-ce un simple oubli du y au cours d'une copie? A noter que de l'autre côté des Pyrénées, la seule écriture qui apparaît dans les documents est Caramany, ce qui montre bien ses racines catalanes. A Girona, on peut voir le "Palau de Caramany", à Sant Pere Pescador, la "casa Caramany", et "l'Illa de Caramany". Ce sera l'objet d'un prochain article.

* Voici ce qu'indique, à propos de la racine Kar, l'almanach étymologique du Conseil Général:Le mot pré-latin CAR a évolué vers deux prononciations, celle d'un C guttural comme Que ou celle d'un C doux. De même le mot CAR a évolué parfois vers la prononciation CER. Ainsi trouvons nous pour nos villages des QUAR, des CAR,, des QUER,, des CER… CAR associé au suffixe latin magnus, grand, nomme le village occitan de Caramany comme étant "le grand rocher". Précisons que magnus et magna sont le même adjectif, masculin pour le rocher et féminin pour la pedra.

Illustration:

Blason de Caramany. En langage héraldique:"D'or au chef de gueules".

Sources:

  • "Almanach étymologique des noms de villages en pays catalan" Conseil général des Pyrénées orientales - 2009
  • "Limits historics i repertori toponimic dels llocs habitats dels antics "Paisos" de Rossello, Vallespir, Conflent, Capcir, Cerdanya, Fenolledès" de Pierre Ponsich éditions Terra Nostra n°37
  • "Toponimia rossellonesa" de Renada Laura-Portet
  • "Armorial du Roussillon" livre 1, abbé Albert Cazes
  • Site "Toponimia occitana"
  • "Précis d'occitan et de catalan" CRDP de l'académie de Montpellier
  • Archives communales et départementales