Vous souhaitez participer aux activités de l'association ?
Poser une question ?
Contribuer sur le site ?

Contactez-nous !

Nous vous recommandons quelques sites voisins.

Visitez-les !

Nouveauté sur le site :

Galerie de photos

Caramany et ses seigneurs (3ème partie)

En 2009, dans mon premier article sur François Savary de Mauléon-Narbonne1, je m'étais interrogé sur les origines de sa mère Suzanne Françoise de Roger de Caramaing. N'ayant pas, à ce moment là, approfondi les recherches généalogiques sur cette famille, j'avais même pensé qu'elle était issue de la famille de Carmaing souvent cité dans les textes concernant la ville de Caraman en Haute Garonne. Il n'en était rien puisque c'est son grand père, Jean de Roger, qui en achetant la seigneurie de Caramany aux Rochechouart enrichissait, comme l'ont fait en leur temps d'autres familles, comme les d'Estaing par exemple, son patronyme en de Roger de Caramaing, l'orthographe francisée de Caramany au XVIIIème siècle. 

Les de Caramaing ne sont pas les de Caramany. 

le Grand rocherMais mon interrogation allait bien au delà du rattachement de Suzanne Françoise à la famille de Caraman ou de Caramany. Partant du principe que le mariage d'une jeune fille de la noblesse est un moyen pour son père de se maintenir ou de s'élever dans sa condition, en recherchant la meilleure alliance possible, je me suis demandé si les hasards de l'Histoire auraient pu faire que les Caramany, premiers seigneurs de notre village aient un lien de parenté avec les Mauléon-Narbonne, derniers seigneurs en titre. Et c'est bien le cas !

Une fois la piste de Suzanne Françoise de Roger de Caramaing écartée puisque c'était par le hasard d'un achat qu'elle portait ce nom, il fallait chercher plus loin.

François Savary de Mauléon-Narbonne a pour grand parents paternels Blaise de Mauléon-Narbonne (1680-1753) et Gabrielle Louise du Vivier de Lansac (1699-1781). Et cette dernière a pour grands parents paternels Alexandre du Vivier de Lansac et Marianna de Vilanova-Caramany i de Junyent, mariés le 9 octobre 1672 en la cathédrale Saint-Jean de Perpignan par l'Illustrissime fra Don Vicent Margarit y de Biure, évêque d'Elne. 

Qui était Marianna de Vilanova-Caramany i de Junyent 2

Née en 1650 à Barcelone, Marianna était la fille de Josep de Caramany i Almar, décédé le 4 janvier 1672 et de Teresa de Junyent i de Marimont. Seigneur et baron ampourdanais, Josep de Caramany i Almar avait fait partie de ces Catalans qui avaient demandé l'aide du roi de France contre les Castillans. Les troupes de Louis XIII, proclamé comte de Barcelone, avaient bien occupé la Catalogne mais avaient été dans l'obligation de se retirer en 1652. Trop impliqué comme soutien des Français, Josep de Caramany i Almar a dû abandonner ses terres et se réfugier en Roussillon toujours contrôlé par les Français et bientôt rattaché (1659) au royaume de France. En compensation, le roi Louis XIV le nommera mestre de camp du régiment Catalan Mazarin créé en 1657, qui deviendra plus tard le Royal Roussillon, rachètera pour lui en 1666 ses haras de Sant Pere Pescador qu'il transférera en Roussillon et lui accordera la seigneurie de Corbère en 1668. Sur l'acte de mariage de sa fille, Josep de Caramany i Almar est présenté comme le Très illustre Joseph de Caramany, maréchal de camp aux armées de Sa Majesté, brigadier (général de brigade) de l'infanterie et colonel du Royal Roussillon.

el castell de CaramanyIronie du sort, c'était le descendant de Poncet de Caramany que l'on peut appeler Pons II, issu de la famille catalane des Caramany qui avait quitté le Fenolhedès lors de son rattachement au royaume de France (1258) pour rejoindre le Roussillon, alors dans le Royaume d'Aragon. Poncet s'était marié en 1310 avec Elonor de Requesens et était à l'origine de tous les Caramany de l'Ampourdan.

Par son arrière arrière grand-mère, Marianna de Vilanova-Caramany i Junyent, François Savary de Mauléon-Narbonne était donc bien parent avec les Caramany. 

Et l'histoire continue :

Dernièrement, j'ai en effet appris que dans le courant de l'été 2016, l'un des descendants actuels des Caramany était venu découvrir notre village, comme l'atteste une photographie qui le montre à côté du panneau d'agglomération. La maison familiale des Caramany se trouve dans le petit village de Corça près de la Bisbal. Il s'agit du castell de l'Alberg récemment rebaptisé castell de Caramany3 pour en faire un lieu d'accueil de banquets, séminaires, événements divers … 

Notes:

  1. Rubrique Histoire
  2. Son père appartenait à la lignée des Vilanova-Caramany. La coutume en catalogne était d'ajouter le nom de la mère à celui du père. A la naissance d'un enfant, il fallait bien abandonner deux patronymes sur les quatre qu'il « recevait » de ses parents.

sources :

  • Correspondance personnelle avec Monsieur le comte de Mauléon
  • Archives municipales : registres de délibérations, Inventaire général des monuments par la Direction des affaires culturelles
  • Archives départementales : Inventaire sommaire des archives antérieures à 1790 et Registre des mariages de la paroisse Saint Jean 9NUM112EDT844 1655/1681
  • Archives numérisées : registres paroissiaux Caramany, Caudiès, Nébias, Limoux
  • La casa de Caramany Pelagro Negre - Revista de Gerona 1962
  • La casa de Caramany y el castell de Vallespinosa Annals del Institut d'estudis girondins 1974-1975
  • El senorio de Ventallo. Blanca Gari
  • Fenouillèdes Diocèse d'Alet – Albert Bayrou. 1980
  • Notices historiques sur les communes du Roussillon. Vol1. Bernard Alart – 1868
  • Le pays et la vicomté féodale de Fenollède. Annie de Pous – Ed Roudil. 1973
  • Le pays de Sault – Abbé P. Moulis – réimpression par les Editions Lacour-Ollé en 2009
  • Deux notices publiées sur le site de la Bibliothèque de France : www.gallica.bnf.fr: Pour la famille de Mauléon : Bulletin de la société d'histoire et d'archéologie du Gers – 3ème trimestre 1927 – p 239 à 241. Pour la famille de Niort : Notice historique et généalogique concernant une ancienne famille de Languedoc – vérifiée par Charles Nicolas, généalogiste - 1853
  • De Niort, Languedoc. Cette notice n'est pas signée et semble comporter pour le moins des oublis
  • Enciclopedia catalana – Pons de Caramany
  • Recueil d'études sur Latour de France – Claude Colomer – 1988
  • Le comté de Razès et le diocèse d'Alet, Notices historiques par Louis Fédié - 1880
  • Geneanet : arbres généalogiques Montesquieu, Niort et Maulèon
  • www.belcaire-pyrenees.com, site très documenté qui présente tous les villages du pays de Sault avec leurs atouts historiques et touristiques.
  • Enfin, si vous souhaitez approfondir certains sujets, sachez que cet article reprend les recherches déjà effectuées dans des articles précédents que vous aurez peut-être l'occasion de découvrir ou de relire : François Savary de Mauléon Narbonne seigneur de Caramany (2009), Les chandeliers de la cathédrale (2009) Dénombrement des feux sur ordre du Roi (2010), Caramany à la frontière du royaume (2010), Les Caramany (2011), Caramany et l'ordre du Temple (2010), Un souffle cathare (2014), Philippe le Bel accède à la requête de Pons de Caramany (2015), De 1716 à 1730, les seigneurs résident au château (2015).
     

 Photos: 

miniature et photo 1: le château de Caramany en Fenouillèdes. Philippe Garcelon

photo 2: el castell de Caramany en Ampourdan. Bernard Caillens