Vous souhaitez participer aux activités de l'association ?
Poser une question ?
Contribuer sur le site ?

Contactez-nous !

Nous vous recommandons quelques sites voisins.

Visitez-les !

Nouveauté sur le site :

Galerie de photos

La guerre de l'eau - De l'intérêt d'avoir des terres arrosables

Anciens canaux rénovés à Latour de FranceLe XIXème siècle a été marqué à Caramany par la "guerre de l'eau", les habitants du village voulant utiliser l'Agly pour arroser leurs champs, ceux d'Estagel, de Claira et de Rivesaltes leur refusant ce droit en vertu d'accords datant du Moyen Âge. Il y eut des bagarres physiques et juridiques, la troupe dut même intervenir.

C'est un gros sujet que le Pari du lac essaiera d'explorer.

En attendant voici un petit texte découvert dans un recueil de "Documents d'histoire économique 1800–1914" publié en 1974 par le service éducatif des archives départementales des Pyrénées orientales à destination des écoles du département.


La culture des céréales dans le canton de Latour de France

On évalue à 2677 hectares les terres non arrosables, et à 873 hectares les terres arrosables…

Les renseignements puisés sur les lieux prouvent jusqu'à la dernière évidence que la récolte des grains, dans les terres non arrosables, est gravement compromise, pour la presque totalité, si la pluie ne survient à temps ; mais, quoiqu'il arrive, elle sera toujours considérée comme mauvaise… Les vents violents qui ont soufflé sans interruption pendant la première quinzaine d'avril, en absorbant l'humidité nécessaire à la végétation, ont détruit les espérances qu'on avait de cette récolte. On peut en dire autant de tous les autres menus grains, tels que pois, lentilles, fèves, vesces, etc… ainsi que les pommes de terre et des fourrages.

Telle est à peu près la situation des récoltes en terre dans les parties non arrosables ; il n'y guère que Latour, Estagel, Tautavel et Caraman (encore une erreur de copie) qui possèdent des terres arrosables ; celles là donnent de belles espérances : les céréales et les autres cultures seront d'un bon rapport cette année, si des influences contraires ne surviennent avant la moisson. Les vignes sont assez belles et ne souffrent pas de la sécheresse qui n'est encore que superficielle…

Latour de France, le 27 avril 1867
Le membre de la Chambre d'agriculture
BARTHE